Informacja

Drogi użytkowniku, aplikacja do prawidłowego działania wymaga obsługi JavaScript. Proszę włącz obsługę JavaScript w Twojej przeglądarce.

Przeglądasz jako GOŚĆ
Tytuł pozycji:

The Orthographic Neighbourhood Frequency Effect in French: A Letter-Case Manipulation Study.

Tytuł :
The Orthographic Neighbourhood Frequency Effect in French: A Letter-Case Manipulation Study.
Autorzy :
Mathey, Stéphanie
Zagar, Daniel
Pokaż więcej
Temat :
ORTHOGRAPHY & spelling
FRENCH language
PRINTING
WORD recognition
EXPERIMENTAL psychology
Źródło :
Canadian Journal of Experimental Psychology. Jun2006, Vol. 60 Issue 2, p159-165. 7p. 1 Chart, 1 Graph.
Czasopismo naukowe
The neighbourhood frequency effect was investigated by a letter-case manipulation of French words presented in the go/no-go lexical decision task. Accented words were presented both in lower-case letters with written accents and upper-case fetters with no written accents, two usual typographies in French. This procedure addressed the stimulus-matching problem by using intraword comparisons as some words have different onthographic neighburhoods in the two cases. Neighburhood frequency was varied across case change for half of the words while it was held constant for the other half. The results showed an interaction between letter-case and neighbourhood constancy, so the inhibitory neighbourhood frequency effect could not be attributed to interstimulus comparisons or to typographical change. Implications are discussed in current models of visual word recognition. [ABSTRACT FROM AUTHOR]
L'effet de la fréquence du voisinage orthographique sur la reconnaissance visuelle des mots (Grainger, O'Regan, Jacobs, & Segui, 1990) a été étudié à l'aide d'un paradigme de manipulation de la typographie de mots français présentés dans une tâche de décision lexicale de type réponse/non-réponse. La réalité de l'effet de fréquence du voisinage a été largement discutée dans la littérature (voir Andrews, 1997 ; Mathey, 2001, pour des revues) et l'hypothèse de l'intervention d'un facteur confondu reste envisageable pour les expériences utilisant des plans factoriels avec des comparaisons interstimuli (Forster & Shen, 1996). Dans la présente élude, la manipulation de la typographie (Zagar & Mathey, 2000) a permis de réaliser des com-paraisons intra-stimuli dans la mesure où certains mots de la langue fransçaise possèdent des voisinages orthographiques différents selon la typographie utilisée. Les mêmes mots accentués ont ainsi été présentés dans deux typographies usuelles pour la langue française, en lettres minuscules comportant des accents écrits et en lettres majuscules sans accent écrit. Pour la moitié des mots, la fréquence du voisinage orthographique variait selon la typographie Par exemple, le mot ôter écrít en lettres minuscules n'a pas de voisin orthographique, tandis que le même mot écrit en lettres majuscules, OTER, possède un voisin orthographique plus fréquent, OSER. L'autre moitié des mots constituait une condition contrôle où le voisinage orthographique était constant dans les deux typographies. Par exemple, le mot étuve a un seul voisin plus fréquent en lettres minuscules, ét ude, ce qui est aussi le cas pour ce même mot écrit en lettres majuscules (ETUVE, ETUDE). Les participants ont réalisé une tâche de décision lexicale de type réponse/non-réponse. Ils avaient pour consigne de répondre le plus rapidement possible uniquement lorsque le stimulus était un mot. Cette variante de la tâche de décision lexicale a été utilisée afin de réduire la composante décisionnelle des temps de réaction recueillis et d'augmenter 1'exactitude des réponses. Les résultats obtcnus ont montré une interaction entre la typographie et la Constance du voisinage orthographique. L'augmentation des temps de réaction entre les typographies minuscule et majuscule était plus importante pour les mots possédant un voisinage orthographique variable (0 vs. 1 voisin plus fréquent) que pour les mots possédant un voisinage constant ( 1 voisin plus fréquent). Cette augmentation indiquait un effet inhibiteur de fréquence du voisinage orthographique qui ne pouvait pas être attribué à un simple changement typographique ou à facteur confondu avec le voisinage orthographique. L'effet de la fréquence du voisinage orthographique sur la reconnaissance visuelle des mots français semble done être fondamentalement inhibiteur. Les implications théoriques de ces données sont discutées dans le cadre d'un modèle de type activation-interactive (McClelland & Rumelhart, 1981) prenant en compte les changements de typographies pour la langue française. [ABSTRACT FROM AUTHOR]
Copyright of Canadian Journal of Experimental Psychology is the property of Canadian Psychological Association and its content may not be copied or emailed to multiple sites or posted to a listserv without the copyright holder's express written permission. However, users may print, download, or email articles for individual use. This abstract may be abridged. No warranty is given about the accuracy of the copy. Users should refer to the original published version of the material for the full abstract. (Copyright applies to all Abstracts.)

Ta witryna wykorzystuje pliki cookies do przechowywania informacji na Twoim komputerze. Pliki cookies stosujemy w celu świadczenia usług na najwyższym poziomie, w tym w sposób dostosowany do indywidualnych potrzeb. Korzystanie z witryny bez zmiany ustawień dotyczących cookies oznacza, że będą one zamieszczane w Twoim komputerze. W każdym momencie możesz dokonać zmiany ustawień dotyczących cookies